Construction de deux habitations HPE - Zone 4B Protégée

Situation

Saconnex-d'Arve - Genève

Maître d'ouvrage

Privé

Date

octobre 21

Information

Projets, Patrimonial, Habitation

Présentation du projet

Le projet se situe au 264, route de Saconnex-d’Arve et il se développe sur les parcelles n° 2194 et 5668, accolées aux parcelles n° 2192 et 2193 où est implantée la maison familiale.

 

Ces parcelles font l’objet d’une mutation parcellaire. La parcelle en question est en zone agricole et 4B protégée. Elle délimite la fin du village à l’ouest. Les immeubles sont desservis par un chemin d’accès perpendiculaire à la route de Saconnexd’Arve, qui marque la limite du village ancien.

Histoire du lieu

Selon nos recherches historiques et nos discussions avec la famille Dusonchet, le site était occupé par une ferme, déjà au XVIIIe siècle. Cette exploitation agricole est visible sur la carte « Dufour » (1845-1865) et de manière plus détaillée, sur le plan « Siegfied » (1898-1915).

 

Monsieur Joseph Dusonchet a repris l’exploitation familiale de son père dans les années 1940.Il décide d’arrêter l’élevage des bêtes pour se consacrer uniquement à l’exploitation maraîchère et paysanne. En 1952, son fils Joseph fait transformer la ferme en habitation pour sa propre famille et l’émancipe alors de son identité rurale et de sa substance historique.

 

Dans les années 1970, c’est son fils, Jean Dusonchet qui reprend, à son tour, l’exploitation familiale jusqu’en 1985. La famille Dusonchet habite le site depuis quatre générations et souhaite développer deuxhabitations, pour leurs enfants, sur la zone constructible.

 

Morphologie et implantation

 Le village de Saconnex-d’Arve « d’en haut » se développe le long de la route principale de Saconnex-d’Arve et se dilate transversalement le long des voies perpendiculaires. Le secteur qui nous intéresse se situe dans l’extrémité sud-ouest du village. En effet, la ferme d’origine existante sur les parcelles n° 2192 et 2193 souligne la fin du village et marque la limite de la zone bâtie (4BP) avec la zone agricole.

 

Après de multiples variantes et recherches, ainsi qu’une préconsultation auprès des services des monuments et des sites, il nous est apparu naturel de suivre les alignements très marqués sur la bordure ouest du village, le long de la limite de la zone 4B protégée. La forme des nouvelles constructions est donnée par les alignements, les vues transversales et les lignes de force du site.

 

Afin de respecter la topographie montante du terrain sur le pignon Sud du futur bâtiment et ne pas péjorer l’habitabilité, la toiture a été légèrement remaniée, de manière à dialoguer avec le contexte villageois, tout en respectant les contraintes de la zone 4BP.

 

La création d’une croupe permet de garantir une réponse efficace pour les habitants sans déroger aux contraintes d’intégration et légales des gabarits très restrictifs. La nouvelle toiture s’intègre parfaitement au contexte : la croupe se referme du côté des habitations existantes au Nord, et s’ouvre vers le grand paysage côté Sud. Cette nouvelle toiture ne prépondère pas les habitations environnantes et s’inscrit dans un alignement harmonieux des toitures voisines.

 

Conceptuellement, l’idée étant que « l’exploitation » a aujourd’hui besoin de s’agrandir et qu’il est naturel d’implanter la nouvelle « grange habitée » à proximité de la ferme et avoir comme élément de liaison et de communication, une cour minérale commune, préservant les vues transversales et les alignements. Ceci dans le respect total de la LCI et sans déroger à ses règles.

 

Matérialité

La volumétrie simple du projet nous permet d’envisager la bâtisse comme une grange minimaliste se fondant dans le paysage. C’est naturellement que nous proposons d’habiller la grange habitée avec un revêtement en lames de mélèze indigène.

 

Les percements en façades sont en adéquation avec les codes de la zone 4BP. De plus, les bardages à claire-voie nous permettent, par effet de « moucharabieh », de faire disparaître les ouvertures des salles d’eau en maintenant un apport de lumière naturelle et la vue dégagée et libre de vis-à-vis.

 

Des volets seront en bois pour un langage rural, simple et animé. La toiture de l’habitation ainsi que le couvert à voitures seront recouverts de tuiles plates et seront soulignées par des ferblanteries en cuivre, comme la maison existante.

 

Aménagement extérieurs et usages

 

 La cour nouvellement formée sera un point de rencontre familial. Le but du projet est de créer un espace de jardin ouvert, encourageant le partage d’activités extérieurs.

Les revêtements de sols seront tous perméables à l’eau de pluie. L’espace voué au stationnement sera recouvert de pavés drainants en ciment de teinte naturelle.

Les voies de circulation piétonne seront en pesette et bordées par des voliges en acier corten, et se mariera parfaitement à la colorimétrie du projet.

 

Enfin, les terrasses des habitations seront-elles en lames de mélèze comme les façades. Elles sont

dans la prolongation naturelle de l’espace vert central, mais garantissent néanmoins une intimité

certaine vis-à-vis de la cour, et offrent un visuel totalement dégagé vers le grand paysage.

Des bancs ainsi que des espaces bacs potagers seront proposés dans la cour afin d’encourager à la rencontre entre les habitants.

 


ASSAINISSEMENT ÉNERGÉTIQUE ET SURÉLÉVATION
Rénovation et aménagement de deux logements dans un corps de ferme protégé