ASSAINISSEMENT ÉNERGÉTIQUE ET SURÉLÉVATION - Construction d'un espace communautaire

Situation

Genève - Plainpalais

Maître d'ouvrage

FOMHAB - SOCIÉTÉ COOPÉRATIVE D'HABITATION

Partenaires

COGERIM - Genève

Date

2021

Programme

Rénovation énergétique de deux immeubles de 72 appartements et création de 22 nouveaux appartements

Information

Projets, Habitation

Publication

Texte explicatif de projet - 2021

Contexte 

 La parcelle n°1126 accueille depuis 1949 deux immeubles identiques réalisés par les architectes M. Hochuli & M. Sartorio, dans le quartier de la Roseraie.

 

Ces deux immeubles ayant plusieurs décennies d’existence, nous avons réalisé en 2017, une étude de faisabilité pour leur rénovation et assainissement. Leur caractère surélevable a été révélé et est apparu comme une réponse adéquate à la mission de la FOMHAB : mettre à disposition des logements bon marcher, de qualité pour tous. Il s'agit d'une belle opportunité d'assainir ces deux immeubles et d'offrir une nouvelle diversité d'appartements, dans un contexte urbain privilégié de la ville de Genève, en bord de l'Arve.

 

 

Programme

Les deux immeubles de la FOMHAB nécessitent aujourd'hui une importante rénovation. Ils sont actuellement composés de 72 appartements ; 22 nouveaux appartements seront créés grâce à la surélévation de deux étages.

 

La surélévation des bâtiments est l'opportunité de revoir en profondeur les installations techniques existantes tels que le remplacement des installations de chauffage au gaz et au mazout par des PAC, la mécanisation de la ventilation, aujourd'hui inexistante, ainsi que la mise aux normes électriques, induisant la modification des gaines techniques dans tous les appartements. Ces interventions en profondeur permettront également de rénover les sanitaires. Les deux nouvelles toitures permettront d'accueillir une discrète mais importante production d'énergie.

 

Notre volonté est de répondre aux ambitions du plan directeur de l'énergie, en atteignant des objectifs climatiques élevés et en phase pour la campagne énergétique. La nouvelle isolation périphérique des façades existantes permettra d'éliminer les déperditions conséquentes que ces deux immeubles connaissent aujourd'hui. Cette intervention est l'occasion de remplacer les balcons vétustes actuels par de nouveaux éléments sans ponts thermiques et adaptés à leur contexte.

 

L'accessibilité aux PMR a fait l'objet d'une attention particulière au cours de notre étude. 

 

Les sous-sol seront complètement assaini et réaménagés afin d'offrir des caves et des locaux communs, adaptés aux besoins de tous les locataires.

 

Enfin, les deux immeubles sont liés par un square, qui sera revalorisé. Nous proposons la création d'un pavillon dédié à un espace communautaire dédié à un espace communautaire pour les habitants du quartier, motivant l'échange, la rencontre et une vie de quartier plus dynamique en dialogue direct avec le parc. L'aménagement du parc sera revu et de nombreuses places pour vélos seront également aménagées.

 

L'objectif du projet global est de s'intégrer et répondre aux composantes du site, de conserver les caractéristiques du quartier, ainsi que celles des deux bâtiments originels.

 

Le quartier : compacité et rapport plein/vide

Le secteur du Pont d’Arve et de la Cluse témoigne du développement progressif de la ville de Genève. Il englobe de nombreuses constructions accumulées au fil du XXe siècle.

La trame d’îlots denses découlant de la ville se voit rompue dès le Boulevard de la Cluse et laisse apparaître après cette jonction un tissu moins dense et plus végétal.

 

Les immeubles de la FOMHAB marquent l’épuisement d’un système morphologique appartenant à la ville.

Construits après les années 1933, les édifices sont l’expression d’un nouveau concept urbain, ne faisant plus de la limite parcellaire un impératif pour l'implantation. En effet, ils ont été construits perpendiculairement à la rue de la Colline et démontrent une certaine autonomie. On constate par ailleurs qu'ils rompent la lecture linéaire du bord de l'Arve, où la grande majorité des immeubles sont parallèles à celle-ci.

 

Ces barres sont à la lisière entre un tissu urbain vertical et dense, constitué principalement d’îlots et un système plus aéré et verdoyant, marqué par les constructions plus autonomes à l'Est vers le quartier de Champel.

 

L'indépendance morphologique de ces deux bâtiments et du parc nous permet d’envisager sereinement un trait d'union entre les deux tissus, tout en exprimant une appartenance à la ville la perspective de leur évolution en hauteur.

Situation des immeubles

Les deux bâtiments présentent les caractéristiques de l’architecture « moderne » de l’après-guerre et peuvent porter le titre de « barres souveraines ».

Les édifices ont le privilège de bénéficier d’une parcelle à part entière, permettant une respiration au bord de la rivière.

De plus, grâce à leur distance vis-à-vis des immeubles de la rue de la Colline, et leur morphologie étroite, ils ne présentent pas d’obstacles aux bâtiments alentours. Leur surélévation, dans le respect total des gabarits légaux, est sereinement envisageable et permet une bonne intégration sans dérogation.

L'édifice situé à la rue de la Colline aborde également l’Arve d’une manière singulière en marquant un retrait visà-vis de celle-ci, pour laisser place à une grande aire de stationnement. Ce vide est un avantage pour nos bâtiments en permettant de bénéficier d'un triangle ouvert vers le paysage à l'Est.

(suite dans explicatif du projet au format PDF.)
Agrandissement des ateliers et des bureaux, Plan-les-Ouates
Construction de deux habitations HPE